Vitamine C et supplémentation en fer, enfin la preuve que c’est inutile !

C’est une recommandation classique : associer de la vitamine C aux complémentations en fer pour améliorer l’assimilation.
Une recherche bien conduite portant sur plus de 400 sujets (en grande majorité des femmes) n’a montré, après administration de 100 mg de succinate ferreux associé ou non à 200 mg de vitamine C per os, aucune différence significative sur les différents marqueurs du statut en fer [1]. La conclusion est claire, la vitamine C ne sert à rien concernant l’efficacité de cette complémentation, qui se révèle par ailleurs efficace pour améliorer le statut en fer de l’organisme (augmentation de 35 µg/ml de la ferritine en moyenne).

D’autres observations de l’étude sont éclairantes :
– Les effets secondaires du complément en fer ne sont pas majorés par la vitamine C, ce qui départage le débat entre ceux qui s’appuient sur des résultats in vitro pour dire que le fer dans ce contexte oxyde la vitamine C, et ceux qui prétendent que cela ne se produit pas in vivo.
– Seulement 20 % des participants ont ressenti des effets indésirables (maux d’estomac, les nausées et le reflux acide), qui se sont ensuite atténués dans la plupart des cas, et n’ont jamais conduit à un arrêt de traitement. Il semble dans les observations couramment rapportées par les médecins et pharmaciens que les mauvaises tolérances soient plus fréquentes, mais peut-être n’est-ce qu’une exagération en ne prenant en compte que les plaintes.

En fait, l’inutilité de la vitamine C s’explique très logiquement. Elle est nécessaire pour réduire de fer ferrique (3+) qui se trouve dans les aliments en fer ferreux (2+) assimilable. Pour tous les compléments contenant déjà du fer ferreux, cette transformation est inutile !
En revanche, donner du fer ferreux, et surtout à forte dose comme dans cette étude, est aberrant, puisque cette forme qui catalyse la réaction de Fenton est une bombe oxydative. L’intelligence de la biologie naturelle est d’apporter du fer inoffensif (3+) avec une transformation par la vitamine C juste pour le nécessaire, sans risque oxydatif.Il est aberrant également de donner une telle dose tous les jours puisqu’il a été montré qu’un mécanisme de protection limite l’assimilation après avoir reçu une quantité importante [2].

C’est pourquoi le bon sens voudrait que les supplémentations privilégient des apports à dose plus faible, tous les deux jours, ou une forme ferrique associée de la vitamine C. La spiruline qui contient les deux formes (2+ et 3+) répond en partie à cela. Comme elle ne contient pas de vitamine C, il semble utile de lui associer lorsque la recharge en fer est recherchée.

Références :
1. N Li & al : The Efficacy and Safety of Vitamin C for Iron Supplementation in Adults Patients with Iron Deficiency Anemia – JAMA Netw Open. 2020 ; 3(11)
2. D. Moretti & al : Oral iron supplements increase hepcidin and decrease iron absorption from daily or twice-daily doses in iron-depleted young women – Blood2015 22;126(17):1981-9

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email